Vidéo sur les algues

Filière algue

sur le Pays

de Brest

Retour aux sources

 

 

Premier organisme vivant paru sur terre il y a 3 ou 4 milliards d'années, l'algue bleue est le plus ancien organisme vivant de la planète.

 

Premier maillon de la chaîne alimentaire, les algues sont responsables de près de 80% des réserves alimentaires du monde.


Les algues apportent l'oxygène à l'eau de mer par la synthèse chlorophylienne. La chlorophylle capte les rayons du soleil et produit la photosynthèse, surtout en surface de l'eau.

 

Plus on va en profondeur, moins l'on trouve de végétaux.

 

Plus les eaux sont froides, plus elles sont riches en oxygène.

 

La photosynthèse a permis la création de notre couche d'ozone et le gaz carbonique fut transformé en oxygène. Grâce à la photosynthèse, les algues firent leur apparition.

 

Celles-ci ont différentes couleurs qui indiquent leur milieu d'origine et leur profondeur dans l'eau. Leurs pigments sont de véritables photorécepteurs qui absorbent la lumière et captent l'énergie solaire dans des zones bien précises du spectre lumineux.


Les algues peuvent être de couleur bleue, verte, rouge, violette, brune et même blanche.



Les algues sont de formes et de tailles variées. Elles peuvent être microscopiques ou bien atteindre des dizaines de mètres de longueur. Certaines sont très fines, d'autres très épaisses. Elles se trouvent à la surface de la mer ou bien à des profondeurs de 200 m.

Aujourd'hui, selon l'encyclopédie Britannica, les algues produisent 90% de tout l'oxygène si vital que nous respirons. Les forêts, les prairies, les arbres et les fleurs n'en fabriquent que 10%.

Ce sont les plus anciens êtres vivants de la planète, l'un des rares légumes sauvages, un vrai luxe de nos jours.

 

Ressource naturelle qui se renouvelle tous les ans dans la mer, il s'agit d'une excellente source mondiale d'aliments. Leur contribution à notre santé a un potentiel énorme.


Aliment stable et durable, aux propriétés nutritives étonnantes, les algues sont l'aliment du futur.

Ce n'est qu'au début des années 1980 que les algues, en tant que légumes, sont autorisées à la consommation en France.

Seules 12 variétés d'algues légumes bénéficient actuellement de cette autorisation.

 

  • Au Japon, les algues sont consommées depuis 10 000 ans.

  • Les Celtes, les Vikings, ainsi que d'autres peuplades ont consommé de tout temps certaines algues, notamment la dulse, qui les protégeaient, entre autre du scorbut, lors de leurs long voyages.

  • En Amérique du Nord, ainsi qu'en Europe, elles ne furent jamais oubliées, en période de disette, par les populations côtières.

  • D'autres peuplades consomment des algues. Parmi celles-ci figurent les esquimaux ainsi que les Chiliens et les Péruviens.

  • Sans toutefois le savoir, on les consomme nous-mêmes sous les appellations E401 jusqu'à E407.

  • Ce sont les alginates, l'agar-agar, les carraghénanes qui servent à gélifier, à remplacer le beurre et la crème et que l'on utilise pour la confection des yaourts, produits laitiers et desserts.

 

Les algues retrouvent leur notoriété. De plus en plus de personnes prennent conscience de l'importance de cet aliment dans l'équilibre alimentaire.

Algues. La Bretagne, un vaste champ à cultiver

700 espèces poussent dans les eaux bretonnes. Un gisement exceptionnel, mais insuffisant pour une filière en plein essor.

90 % de la production française

Avec une production annuelle d'algues d'un peu plus de 70 000 tonnes, la France se situe au 10e rang mondial. Très loin derrière le champion, la Chine, producteur et consommateur de quelque 12 millions de tonnes ! Environ 90 % de la production française vient de Bretagne, des côtes du Nord-Finistère et l'archipel de Molène essentiellement où 35 bateaux goémoniers ramènent à terre environ 65 000 tonnes de laminaires par an.

 

Quelque 1 000 récoltants à pied (dont 5 00 saisonniers) cueillent aussi 6 000 tonnes d'algues de rive, dont le chondrus crispus, localement appelé « p'tit goem » ou pioca. Pour l'heure, la production annuelle issue de l'aquaculture ne représente qu'un peu plus de 50 tonnes.

 

Afin de satisfaire les besoins d'un marché (en croissance annuelle de plus de 10 %) la France doit importer plus de 130 000 tonnes d'algues (équivalent frais), essentiellement du Chili, des Philippines et Tanzanie.

Le poids des alginates

 

Alors qu'au plan mondial, l'essentiel de la production d'algues sert à l'alimentation humaine en tant que « légume », la plupart des algues bretonnes sont aujourd'hui encore utilisées dans l'industrie alimentaire pour la fabrication de colloïdes : alginates, agar agar, carraghénanes. Des gélifiants et texturants pour les yaourts, flans, dentifrices, sauces, etc. Deux grosses entreprises implantées dans le Finistère dominent ce marché des algues brunes. Cargill à Lanildut (qui vient de réaliser un investissement de plus de 11 millions d'euros sur son site) et Danisco à Landerneau.

Cette société danoise investit 10 millions d'euros pour accroître sa production et se lancer dans le pharmaceutique.

 

Soigner les animaux et les plantes

 

Le groupe Olmix, basé à Bréhan (Morbihan), spécialiste des solutions naturelles pour la santé animale et végétale, veut mettre en place une filière complète de valorisation des algues, dont les algues vertes cueillies avant leur échouage. Son projet, baptisé Ulvans, va se traduire par la création, à Plouénan, près de Saint-Pol de Léon, de la première « raffinerie » d'algues au monde. Objectif : remplacer les protéines animales utilisées dans l'alimentation du bétail et l'élevage aquacole par des molécules issues des algues. Ou encore mettre au point des substituts naturels aux herbicides et insecticides. Une voie déjà largement ouverte par le Malouin Goémar et son fameux « vacciplant » utilisant des extraits de laminaires.

 

Un substitut au plastique

 

L'algue a conquis depuis longtemps les secteurs de l'alimentation, humaine et animale, de la cosmétique, de la pharmacie. Voici qu'elle devient un substitut aux produits pétroliers. À Saint-Malo, un ingénieur, Rémy Lucas, a mis au point une solution alternative au plastique, 100 % naturelle et biodégradable dans le sol en quelques jours ! Algopack fabrique, à partir de déchets industriels d'algues brunes, toute une gamme de produits rigides (emballages, pots de fleur, présentoirs, etc.) et propose à l'industrie de la plasturgie des granules extrudables sous la marque Algoblend. Une chimie bleue en marche !

  • Twitter Clean
  • w-facebook

2014 guy jourden created with Wix.com

      Accueil                        Activités Mer                         Collectif Mer                 Energies Marines                Contacts

energies de la mer cgt mer bretagne

2014 guy jourden created with Wix.com

atlas cgt mer bretagne